Quel périmètre et quelles missions pour l’architecture technique au sein de l’architecture d’entreprise ?

Focus sur le rôle de l’architecte technique

Overview

L’architecture technique est une discipline nébuleuse. Pour les non-initiés ou les personnes n’ayant pas d’appétences avec ce domaine ou, plus largement, avec le monde de l’informatique, c’est une pratique complexe à appréhender. De ce fait et dans un souhait personnel de démystifier ma profession, nous essaierons par cet article d’apporter une réponse concrète à la problématique suivante : Qu’est-ce que l’architecture technique ?

Pour comprendre ce qu’est l’architecture technique, étudions dans un premier temps l’architecture d’entreprise (souvent représenté par l’acronyme AE ou encore EA en anglais). La logique derrière cette grille de lecture prendra tout son sens dans les lignes qui suivent.

1. L’architecture d’entreprise

Il existe une multitude de référentiels définissant les rôles de l’architecture d’entreprise, pour cet article c’est sur TOGAF® que nous allons nous appuyer.

TOGAF® est un cadre de référence pour l’Architecture d’Entreprise, il définit cette dernière de la manière suivante :

  • “L’architecture métier représente la stratégie, les objectifs, les processus métiers, les aspects fonctionnels.
  • L’architecture des données représente les aspects organisationnels et la gestion des informations
  • L’architecture applicative représente les applications, les modules ou composants logiciels ainsi que les relations et les communications qui existent entre eux.
  • L’architecture technique représente le déploiement de ces composants, les frameworks techniques de base, les matériels et les infrastructures réseaux.”

Ainsi, dans l’architecture TOGAF, on retrouve, à peu de choses près, les niveaux de l’urbanisation des Systèmes d’Information (métier, fonctionnel, applicatif, technique). L’AE est donc découpée en 4 domaines d’activités. Essayons de comprendre en quoi consistent ces strates de manière simple et succincte en nous basant sur les niveaux de l’urbanisation des Système d’information.

  • Couche 1 : L’architecture métier

Le rôle d’un architecte métier est d’accompagner l’entreprise dans la description et la transformation de ses processus métier et de son fonctionnement, à l’exclusion de toute technicité. Il a à charge de définir ou de mettre à jour les objectifs, la stratégie de transformation du SI et également de décrire les responsabilités et interactions des acteurs au sein de l’organisation.

Nous pouvons résumer cet exercice par la recherche du « Pourquoi » (cf schéma ci-dessous).

Pourquoi mettre en place ce projet ? Dans quel but ?

  • Couche 2 : L’architecture fonctionnelle

Le rôle d’un architecte fonctionnel est de garantir la cohérence de l’ensemble du système d’information. L’architecture fonctionnelle est une interface entre le métier et l’applicatif, interface qui a pour but d’optimiser les flux d’information en s’assurant que les applications ou services utilisés respectent les besoins métier et, plus largement, les objectifs de l’organisation.

Nous pouvons schématiser cet exercice par la recherche du « Quoi » (cf schéma ci-dessous).

Quelles seront les fonctionnalités de ce projet, quelles sont les cas d’utilisation ? Ce service existe-t-il déjà ?

  • Couche 3 : L’architecture applicative

Le rôle d’un architecte applicatif est de sélectionner (ou de faire développer) l’application qui pourra répondre au mieux au besoin fonctionnel exprimé par les architectes métiers et fonctionnels. Il décrit les applications, les composants logiciels et leurs interactions. Son rôle est de traduire les besoins fonctionnels en fonctionnalités logicielles.

Nous pouvons résumer cet exercice par la recherche du « Comment » (cf schéma ci-dessous).

Avec quelle application allons-nous répondre à ce besoin fonctionnel ? Comment répondre à cette demande ?

  • Couche 4 : L’architecture technique

Le rôle de l’architecte technique est de définir les socles techniques et composants matériels sur lesquels l’application pourra être déployée. Il accompagne l’architecte applicatif dans le déploiement de son service, tout en veillant au respect des règles de sécurité du système d’information. Il est responsable des réseaux et l’infrastructure physique.

Nous pouvons synthétiser cet exercice par la recherche du « Avec quoi » (cf schéma ci-dessous)

Avec quoi pouvons-nous déployer ce service, sur quel serveur, etc ?

Présentation des 4 couches de l’architecture d’entreprise.

Comme nous l’avons vu précédemment, il est important de noter que les métiers d’architecture sont inter-dépendants, l’optimisation du système d’information étant multidirectionnelle.

Cette dynamique d’optimisation du SI peut s’exercer de deux manières :

Horizontalement (au niveau de chaque couche) :

  • Il s’agit par exemple du respect de la sécurité du SI, l’architecte technique sera en charge de contrôler que l’application répond aux préconisations sécurité.

Verticalement (amélioration inter-couches).

  • Il s’agit par exemple du lancement d’une nouvelle application : l’architecte métier définira le besoin, l’architecte fonctionnel identifiera les usages, l’architecte applicatif veillera un sélectionner le bon logiciel qui répondra à ce besoin et l’architecte technique se chargera de designer le socle d’hébergement.
Activité multidirectionnelle

2. Le rôle de l’architecte technique

Maintenant que nous connaissons l’écosystème dans lequel évolue l’architecte technique, voyons plus en détail sa mission. Rentrons sans plus attendre dans le vif du sujet !

L’architecte technique a pour mission de définir ou de faire évoluer l’architecture technique du système d’information tout en respectant les politiques de la direction du système d’information (DSI), les règles de sécurité (RSSI), le cadre de cohérence technique et la recherche de performance et de productivité, en tenant compte des besoins métiers actuels et futurs. Ces tâches sont par conséquent très variées.

L’activité primaire de l’architecte technique est la conception des scénarios d’architecture technique et l’accompagnement des projets dans le choix des solutions. L’architecte doit être en mesure de maîtriser les socles infrastructures (datacenter, cyber sécurité, échanges, données) et devra vérifier et analyser les impacts techniques des nouvelles solutions ainsi que leur cohérence avec l’ensemble du SI. Il veillera également à instruire les dossiers conformément au cadre de cohérence technique de l’entreprise et centralisera l’ensemble de ces productions dans des documents d’architecture technique (DAT).

Le travail de l’architecte passe également par le conseil et la coordination. Lors de l’étude des scénarios d’architecture, l’architecte sera en mesure d’apporter des préconisations sur les choix techniques des projets en vue d’assurer la cohérence des évolutions et également afin de garantir le respect de la politique de sécurité du SI. Il devra donc être sollicité en amont de chaque projet par les métiers et organiser des études d’impact sur les architectures existantes ou prévisionnelles (nouveaux projets ou nouvelles technologies). Il faudra donc coordonner l’ensemble de ces actions / acteurs et piloter les processus de validation afin de respecter les délais et échéances métiers.

L’architecte technique est garant du cadre de cohérence technique, qu’il doit faire respecter par les métiers et qu’il doit également construire. Il a pour mission de produire le référentiel du système informatique sous des formats multiples et variés : outils, procédures, normes, vocabulaire, sécurité. L’architecte technique doit systématiquement donner de la visibilité aux membres de la DSI par la promotion, la communication et l’animation.

Conclusion

En conclusion, le rôle d’un architecte technique est très transverse. Il doit avoir une forte capacité d’adaptation, d’autonomie et de communication. En plus de l’accompagnement des métiers dans la réussite de leurs projets, il devra apprendre à travailler avec un nombre important d’acteurs, chefs de projets SI, MOA, urbanistes SI, experts techniques, etc. L’une des clés de ce métier est de faire preuve de pédagogie et être en mesure de trouver des compromis pour obtenir la validation des dossiers et des préconisations. Également, et cela sera son cœur de métier, il est indispensable de disposer de compétences techniques lui permettant de comprendre et d’appréhender toutes les couches techniques d’un SI, avec la maitrise des règles et usages de sécurité du SI, avec une connaissance large des recommandations de l’ANSSI, de la CNIL (veille informationnelle) et une forte appétence pour les solutions permettant de garantir un niveau optimal de disponibilité, intégrité, confidentialité et de traçabilité (DICT) d’un système d’information, sujet que nous aborderons dans un prochain chapitre.

Pour aller plus loin

Vous connaissez désormais le métier d’architecte technique et avez quelques clés pour comprendre à quoi correspond globalement l’architecture d’entreprise. Si toutefois vous avez des questions ou êtes intéressés par ce métier, n’hésitez pas à contacter notre cabinet de conseil Pramana. Nous tâcherons de répondre à toutes vos questions, qu’elles soient orientées architecture d’entreprise ou architecture technique.

Antoine Gaydon
Architecte Technique
Pramana

Designing The Digital World — Data Governance, Enterprise Architecture — more on pramana.fr and on LinkedIn

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store